Les enfants sans Noël

Chanson composée par Didier Barbelivien et Serge Malik

Interprétée par l’Abbé Pierre en 1989

Ils ont les yeux fatigués
Qui regardent le ciel ce soir
De ceux qui ont trop rêvé
En gardant les yeux ouverts
En regardant le désert
Ils ont peur de l’avenir
Sans avoir de souvenirs
À force de croire aux histoires
Ils ont perdu la mémoire
Ils ont le corps tout petit
Des petits princes qu’on oublie
Qui cherchent une étoile dans la nuit
Les enfants sans Noël
Qui regardent le ciel ce soir
Le cœur au bord des larmes
Les enfants sans Noël
Attendent un arc-en-ciel d’espoir Quelque chose comme une flamme
Ils ne tendent jamais la main Ils savent déjà que demain
Ils rejoindront leur enfance
Un autre jour, autre chance Dans la grisaille des banlieues On dirait toujours qu’il pleut Le nez collé au carreau
Ils imaginent des oiseaux Ils sont devenus fragiles Comme des poètes en exil
Ils cherchent une étoile Ou une île…
Les enfants sans Noël
Qui regardent le ciel ce soir
Le cœur au bord des larmes
Les enfants sans Noël
Attendent un arc-en-ciel d’espoir Quelque chose comme une flamme
Les enfants sans Noël
Attendent un arc-en-ciel
Quelque chose de secret
Quelque chose de vivant
Qui se raconterait le soir en s’endormant Un jouet à caresser
Le sourire d’un passant
L’envie d’être embrassés
Une façon d’être heureux
Une minute, un instant
De partager un jouet, un fou-rire innocent
Les enfants sans Noël
Qui regardent le ciel ce soir
Le cœur au bord des larmes
Les enfants sans Noël
Attendent un arc-en-ciel d’espoir Quelque chose comme une flamme

L’année 2014 à la Communauté

Nous aimerions commencer par vous remercier, vous les généreux donateurs. Grâce à votre confiance et votre fidélité, nous avons pu apporter des améliorations non négligeables:

Communauté de Carouge

– Rénovation complète de 4 chambres afin que chacun de nos 33 compagnons bénéficie d’un espace privé. Actuellement il ne reste qu’une chambre, occupée par deux hommes, qui reste à transformer.
– Travaux conséquents dans les espaces sanitaires qui n’étaient plus aux normes.
– Réorganisation de la surface de vente des vêtements.
– Réaménagement du tri de vêtements et découpe de chiffons.
– Nouvelle structure du magasin de jouets.
– 9 hommes et 1 femme ont quitté la communauté après avoir été formés dans différents métier. Ils ont bénéficié de notre fond «aide au départ» après nous avoir présenté de sérieux projets quant à avenir.

Aide aux autre communautés

– Don d’un camion benne à une communauté en Suisse.
– Envoi au Bénin d’un container de 40 pieds rempli de marchandises à vendre sur place. Précision: dès que la marchandise sera vendue, les bénéfices serviront à payer l’achemi- nement de nouveaux envois, ce qui permettra de fournir travail et revenus aux Africains.
– Délégation de 4 personnes pendant 2 semaines pour travailler à l’avancement du chan- tier d’assainissement du lac Nokoué au Bénin.

Projets pour 2015

Par manque de places d’hébergement nous devons refuser 4 à 5 personnes chaque jour et avons décidé d’étudier l’agrandissement de nos zones d’accueil.

Vente spéciale Noël

Dès jeudi 27 novembre notre chapelle sera ouverte tous les après-midi dès 13h30. Venez nous visiter pour vos achats d’arti- cles de décoration de Noël sélectionnés pour vous tout au long de l’année et qui seront vendus à des prix modestes.
Nous recherchons quelques bénévoles pour nous venir en aide à sa mise en place ainsi qu’à la vente pendant cette pré- période des Fêtes.


Maryse

A l’âge de 18 ans mon premier patron m’a dit : « essayez, avant de répondre : je ne sais pas ».
Cette phrase est devenue un des moteurs de ma vie.

Lorsqu’il y a plus de 15 ans Georges Chevieux, alors responsable de la communauté d’Emmaüs Genève, m’a proposé de m’engager pour l’aider dans les nombreux travaux qui font partie de la gestion d’une communauté, sa proposition m’a tout de suite attirée. Bien que ne connaissant pas vraiment Emmaüs, j’ai relevé le défi.

Petit à petit j’ai appris à connaître et à pratiquer les principes dictés par notre fondateur l’Abbé Pierre. Etant la première femme engagée à la communauté, les compagnons me regardaient un peu comme une curiosité. Au fil du temps, je me suis aperçue qu’ils appor- taient plus de soin à leur apparence. Les hommes accueillis se rapprochaient de moi. J’ai été acceptée et suis même devenue leur confidente.

Pendant les 10 premières années, mon travail était essentiellement le secrétariat et la réception des appels téléphoniques. Très souvent j’ai pu accompagner ceux qui le sou- haitaient dans leurs recherches d’activité, pour des travaux administratifs.

Au fil de mes expériences, on m’a confié des responsabilités de plus en plus importantes et actuellement je peux dire que je suis devenue polyvalente et à même de seconder les deux responsables.
L’Abbé Pierre: je souhaite vous dire que j’ai été privilégiée car j’ai eu la chance de le rencontrer à maintes reprises. Il représente pour moi le courage, le respect, l’Amour de l’au- tre. Il était capable de s’exprimer afin que chacun le comprenne et surtout laissait la place d’honneur aux plus souffrants et démunis. Jamais il ne les oubliait.

Il y a 13 ans, nous avons créé la Halte, structure destinée à accueillir des femmes, cer- taines avec leurs enfants. Elles ont été intégrées aux différentes activités, ce qui a apporté une nouvelle synergie entre tous.
La réinsertion par le travail est essentielle l’acquisition de l’autonomie, ce pourquoi nous donnons à chacun et à chacune la possibilité d’une activité dans notre communauté de Genève dans tous les postes tels que: cuisine, tri, vente, camions, nettoyage, dans les- quels tous se sentent à l’aise. Cette activité de tous les jours contribue à leur l’intégration où par la suite forts de leur assurance, ils sont prêt à reprendre en mains, de manière auto- nome le cours de leur vie partant avec un projet réaliste que nous soutenons.
Nous les voyons partir avec un pincement au cœur en sachant au fond de nous, que pour eux c’est une victoire.