*NEW* CREATION D’UN COMPTE PAYPAL! *NEW*

pplogoLa communauté Emmaüs Genève a besoin de votre aide. Votre don ou votre legs contribueront à la réinsertion des plus démunis selon le concept de notre Fondateur l’Abbé Pierre.

Cliquez sur notre onglet « Donner » sur notre page d’accueil afin de pouvoir effectuer vos dons en toute sécurité via notre système Paypal nouvellement mis en ligne!

 

1949

L’Abbé Pierre rencontre Georges, ex-prisonnier, qui a l’intention de se suicider. Il lui déclare je ne peux rien faire pour toi mais par contre toi tu peux venir m’aider à secourir les plus démunis, nous avons besoin de tes bras.

Aidés par Mademoiselle Lucie Coutaz, sa fidèle secrétaire, ils commencent alors un travail de chiffonniers qui leur apportera de quoi vivre et même d’accueillir les premiers Compagnons.

1954

L’hiver est particulièrement rigoureux. Une femme expulsée de son logis ainsi qu’un bébé viennent de mourir de froid. L’abbé Pierre lance un appel au secours sur les ondes de Radio Luxembourg. Des collectes d’argent, de vêtements, couvertures, et nourriture sont organisées. La générosité des habitants de France est inestimable et les plus pauvres sont aussitôt secourus. EMMAÜS est né. Emmaüs dans le monde. Le mouvement Emmaüs est implanté dans 36 pays. Un des buts de notre communauté de Genève est d’aider les autres communautés plus défavorisées. Par leur travail, nos Compagnes et Compagnons apportent leur contribution à ce soutien important.

1957

Le combat contre la pauvreté à Genève commence en 1957. La première communauté de Suisse est ouverte dans de vieilles bâtisses désaffectées à la Queue d’Arve, où débutent les travaux de ramassage et de tri des marchandises, qui seront réparées pour être revendues dans nos magasins. Ces activités permettront aux Compagnons d’acquérir les connaissances professionnelles nécessaires à leur réinsertion. Actuellement 35 Compagnons et 12 Compagnes vivent et travaillent dans la Communauté située 5, route de Drize à Carouge. Ils y sont logés et nourris. Le but est leur réinsertion dans la vie sociale, pour laquelle nous leur apportons notre soutien.

2016

Création d’un compte Paypal, car malgré notre infrastructure, nous n’arrivons pas à répondre aux demandes quotidiennes de Femmes et d’Hommes venant chercher un abri et un travail. Les écorchés de la vie ont souvent besoin de longs mois pour se reconstruire. Comment nous apporter votre soutien.  L’association des chiffonniers d’Emmaüs Genève est reconnue d’utilité publique. Elle est structurée par un Comité de personnalités genevoises, toutes bénévoles, garantissant que votre don ou votre legs sera utilité entièrement dans le but de servir « Premier le Plus Souffrant » Les sommes que vous décidez d’offrir à Emmaüs sont déductibles fiscalement. Nous sommes avec plaisir à votre disposition pour tout renseignement ou rencontre éventuelle.

 

JULES 1|4

2Durant le mois de février, la lecture d’un feuilleton vous sera proposée en quatre volets retraçant l’itinéraire de Jules, compagnon charismatique de la première heure de l’abbé Pierre, ce feuilleton est précédé d’une introduction de Georges Chevieux, ancien responsable de la Communauté d’Emmaüs de Genève.

« J’ai rencontré JULES en avril 1964 à mon arrivée à la communauté d’Emmaüs de Rouen il était un personnage historique. Il avait participé à l’hiver 1954, les communautés itinérantes, il préparait le grand ramassage de l’été 1964 à Rouen, il était déjà, en 1964, un des plus anciens responsables de communautés. Il a été jusqu’à sa mort un important acteur de la vie d’Emmaüs, un fidèle de l’Abbé indéfectible pour les beaux jours mais aussi les jours d’orage et de gros temps et là nous étions moins nombreux mais Jules était présent. Un seul défaut il était un peu sourd si bien que nous avions toujours l’impression qu’il criait. »

Georges Chevieux

JULES, UN COMPAGNON D’EMMAUS

J’aurais pu aller ailleurs

Jules : Si je me souviens bien, j’étais arrivé en 1952, au mois de décembre, vers le 9 je crois, oui le 9 ; je venais d’être débauché dans une société qui s’appelait La Ferroviaire ; ils m’avaient débauché comme ça, puis j’aurais pu aller ailleurs, mais je ne sais pas, j’avais attendu avec un camarade qui m’a dit : « On va aller chez l’Abbé Pierre ». Je lui ai dit : « Qu’est-ce que c’est que l’Abbé Pierre ? » Il m’a dit : « C’est un chiffonnier ! » J’avais entendu parler que l’Abbé Pierre avait gagné à Quitte ou Double 250.000 francs et qu’il faisait des maisons mais je ne savais pas que ça existait vraiment. J’ai demandé au camarade où c’était, « il est à Neuilly Plaisance ». Bon, allons-y alors à Neuilly Plaisance ».

On a pris le bus No. 113 à Vincennes, on est arrivés au Carrefour de la Mal Tournée, puis on a demandé où était l’avenue Paul Doumer. Et en arrivant avenue Paul Doumer, mon camarade me dit : « J’ai réfléchi, j’y vais pas ». Moi, je dis : « Mince, on est arrivé là, tu me laisses tomber là ». Il m’a dit : « Ben, vas-y tout seul ». Je suis rentré : un Belge, le Docteur Rebufa, était à l’accueil. Il m’a dit : »l’Abbé Pierre n’est pas là, attendez un peu ». J’ai attendu, oh je ne sais pas, une demi-heure, trois quarts d’heure, et j’ai vu l’Abbé Pierre qui est arrivé. Il était encore en soutane à ce moment-là, il avait son grand capuchon. Il m’a dit : »J’ai besoin de toi, tu travailles » ; il ne m’a pas demandé mes compétences, il ne m’a rien demandé, il m’a dit : »Est-ce que tu veux aller travailler sur une décharge, sur la gadoue ? »

Sur les « gadoues »

Il m’a emmené dans une voiture à Pontault-Combault où je suis tombé sur une ancienne pépinière complètement désaffectée, avec des roulottes un peu partout. Je suis tombé des nues, je croyais que c’était autre chose que ça j’ai dit : « On va habiter dans des roulottes ». Alors on m’a mis dans une tente et puis le lendemain matin, je me demandais ce que je faisais là à 34 ans. Je réfléchissais et puis j’ai vu le responsable, Bernard Couchenot et sa femme Michèle. Il m’a dit ce qu’on allait faire : on va sur les décharges ramasser des bouts de ferraille pour faire vivre les familles là. Alors j’ai demandé qui étaient tous ces gens qui étaient là dans les roulottes. Il y avait au moins une quarantaine de roulottes, une centaine de gosses

Je me suis dit : « Qu’est-ce que je fais là dedans ? Et là, d’un seul coup, sur la décharge, en travaillant, j’ai découvert quelque chose d’extraordinaire. C’est pas facile à expliquer, parce que moi je ne suis pas un intellectuel, je ne suis qu’un manuel. Je savais bien travailler de mes mains, tout çà, alors j’ai travaillé, j’ai ramassé des boîtes de conserve, de tout et c’est là que je me suis aperçu vraiment de la société de consommation. Dans une décharge, on trouvait des pains, des boîtes de conserve, de tout, et on s’est aperçu qu’on était vraiment utile ; avec le produit de nos ventes, on pouvait faire quelque chose pour les familles. Parce que je me suis renseigné, j’ai demandé pourquoi ces familles étaient là, pourquoi qu’on était comme ceci, pourquoi il y avait des camarades qui étaient comme ça.

Je pouvais être utile

Et puis moi, vraiment je ne suis pas un clochard, j’ai jamais été clochard de ma vie, j’ai jamais vagabondé, j’ai toujours eu un travail fixe, tout ; j’aurais pu me reclasser ailleurs, mais, je ne sais pas, il y a une force qui m’a permis de rester là, de travailler ; c’est pas facile à expliquer, parce que j’ai découvert quelque chose, que je pouvais être utile. Avant, je travaillais pour moi, j’étais célibataire, parce que c’était tout de suite après la guerre, j’ai été prisonnier de guerre sept ans. J’ai été très malade, j’ai attrapé une bronco-pneumonie en Allemagne, j’avais pas été soigné et j’ai eu du mal à me réadapter, et je suis tombé à Emmaüs.

Puis je suis parti, parce que j’avais trouvé un petit peu de boulot quand même : j’ai travaillé chez un ferrailleur qui achetait à l’Abbé Pierre, mais j’ai resté que 1 mois ou 2, pas plus, et je suis revenu à Emmaüs. J’ai trouvé plus utile de travailler à Emmaüs que chez un patron. Et puis après on a fait ce qu’on a appelé « l’Insurrection de Bonté ». J’ai été pris dans l’engrenage, on squattait, on a été un peu partout, j’ai été travailler à Bois-l’Abbé, à la Queue-en-Brie, j’ai été pour l’Opération de Bonté dans les bois de Pomponne. C’est fantastique. Tu me poses des questions à brûle pourpoint là, mais je te réponds comme je peux.

Ce samedi 30 janvier 2016

20051031_Photo_Faustino_205_gd

52 ans après l’appel de l’Abbé Pierre des gens meurent encore de froid dans les rues de nos villes! Afin de se remémorer la notion de Partage, Emmaüs Genève aura le plaisir d’offrir à tous ses clients et amis un café chaud et un croissant dès 09h00 à l’entrée de notre magasin de la route de Drize  à Carouge. Nous vous attendons nombreux!

 

DVD

IMG_4415

L’Abbé Pierre est désormais entré dans l’histoire. Aujourd’hui encore, il demeure la personnalité la plus populaire du monde francophone. On ne compte plus les biographies, documentaires et fictions qui lui ont été consacrés. Mais il existe fort peu de documents qui privilégient La Parole de l’Abbé Pierre. Ce DVD vous propose plus de 5 heures d’entretiens et de reportages au cours desquels il nous livre l’essentiel de son engagement.

En prime, des images personnelles totalement inédites que l’Abbé Pierre nous a rapportées de ses voyages à travers le monde.

 

Prix de vente

12.- en magasin

15.- port compris en Europe

 

 

 

Mémorandum

L’abbé Pierre nous a quitté le 22 janvier en 2007. Nous ne l’oublions pas et il reste notre guide dans l’aide et le soutien imagesaux défavorisés.

 

 

 

 

 

 

«La boîte à fringues»

IMG_4424

N’oubliez pas nos boîtes à fringues disposées dans la ville et le canton de Genève!

En effet, vos habits, serviettes, chaussures, draps, oreillers, sacs etc. ont droit à une seconde vie à condition bien sûr d’être en bon état.

Cette démarche permettra non seulement de fournir des emplois dans la région mais aussi de proposer des habits de seconde main à des prix attrayants sur des marchés défavorisés.

De plus, les fibres de tissus n’étant pas destinées à la vente sont recyclées et réutilisées afin de confectionner de nouveaux vêtements, ce qui évite leur incinération et améliore grandement leur impact écologique.

Emmaüs et les associations participantes vous remercient de votre geste.

Pour plus d’information: https://recycling-map.ch/fr/

 

La boutique…

Venez découvrir notre boutique de la rue de Carouge. Une sélection de bibelots, habits, meubles, bijoux, livres et autres objets hétéroclites choisis vous y attend. Dans ce cadre hors du temps, Bozena vous accueil et vous dirigera dans cette caverne d’Ali Baba pour que puissiez y chiner agréablement et y débusquer votre bonheur. La boutique vous accueil les mercredi, jeudi de 14h. à 17 heures et le samedi de 10h. à 16 heures à l’adresse suivante, rue Ancienne n° 69 à Carouge.

 

IMG_4388 IMG_4389 IMG_4390 IMG_4391

Prendrez-vous ma main…

Venez découvrir notre choix de robes de mariages à la Boutique Vêtements, un choix de robes entre 300 et 500.- en différentes tailles afin d’illuminer le plus beau jour de votre vie!

IMG_4380 IMG_4379

 

Rapport des deux responsables de la Communauté de Genève

 

bougies

 

 

 

 

 

Ce qui retient notre attention pour 2015 ce sont les concrétisations suivantes:

Réalisations

  • –  Installation d’une centrale photovoltaïque sur le toit de nos magasins pour la production d’électricité
  • –  Renforcement de nos activités de recyclage, notamment du verre et du papier
  • –  Création d’un atelier de réparation-vente des vélos
  • –  Rénovation du bureau d’accueil magasin, du bureau de la caisse, des meubles et du secteur des vêtements
  • –  Remplacement de la totalité des boîtes à fringues en étroite collaboration avec la Ville de Genève
  • –  2 compagnes et 4 compagnons nous ont quittés après avoir retrouvé leur place dans la vie active. Certains sont retournés dans leur pays pour exercer le métier appris à Emmaüs.
    Cette année 2015, malgré l’enthousiasme et le dévouement de chaque personne de la Communauté, a été marquée par une baisse de nos résultats, qui sont en lien avec le ralentissement général du commerce. Néanmoins les difficultés rencontrées n’ont heureu- sement pas altéré notre rôle d’accueil, qui reste la mission première de la Communauté des Chiffonniers d’Emmaüs Genève.
    Les membres du comité, les salariés, les compagnes et les compagnons se joignent à nous pour remercier chaque personne qui nous a soutenus et nous a accordé sa confiance tout au long de l’année.
    Nous vous souhaitons de passer de BELLES FÊTES DANS LA SÉRÉNITÉ.

 

  • Samuel CHEVIEUX                                                                                                      Quentin DIMIER