Maryse

A l’âge de 18 ans mon premier patron m’a dit : « essayez, avant de répondre : je ne sais pas ».
Cette phrase est devenue un des moteurs de ma vie.

Lorsqu’il y a plus de 15 ans Georges Chevieux, alors responsable de la communauté d’Emmaüs Genève, m’a proposé de m’engager pour l’aider dans les nombreux travaux qui font partie de la gestion d’une communauté, sa proposition m’a tout de suite attirée. Bien que ne connaissant pas vraiment Emmaüs, j’ai relevé le défi.

Petit à petit j’ai appris à connaître et à pratiquer les principes dictés par notre fondateur l’Abbé Pierre. Etant la première femme engagée à la communauté, les compagnons me regardaient un peu comme une curiosité. Au fil du temps, je me suis aperçue qu’ils appor- taient plus de soin à leur apparence. Les hommes accueillis se rapprochaient de moi. J’ai été acceptée et suis même devenue leur confidente.

Pendant les 10 premières années, mon travail était essentiellement le secrétariat et la réception des appels téléphoniques. Très souvent j’ai pu accompagner ceux qui le sou- haitaient dans leurs recherches d’activité, pour des travaux administratifs.

Au fil de mes expériences, on m’a confié des responsabilités de plus en plus importantes et actuellement je peux dire que je suis devenue polyvalente et à même de seconder les deux responsables.
L’Abbé Pierre: je souhaite vous dire que j’ai été privilégiée car j’ai eu la chance de le rencontrer à maintes reprises. Il représente pour moi le courage, le respect, l’Amour de l’au- tre. Il était capable de s’exprimer afin que chacun le comprenne et surtout laissait la place d’honneur aux plus souffrants et démunis. Jamais il ne les oubliait.

Il y a 13 ans, nous avons créé la Halte, structure destinée à accueillir des femmes, cer- taines avec leurs enfants. Elles ont été intégrées aux différentes activités, ce qui a apporté une nouvelle synergie entre tous.
La réinsertion par le travail est essentielle l’acquisition de l’autonomie, ce pourquoi nous donnons à chacun et à chacune la possibilité d’une activité dans notre communauté de Genève dans tous les postes tels que: cuisine, tri, vente, camions, nettoyage, dans les- quels tous se sentent à l’aise. Cette activité de tous les jours contribue à leur l’intégration où par la suite forts de leur assurance, ils sont prêt à reprendre en mains, de manière auto- nome le cours de leur vie partant avec un projet réaliste que nous soutenons.
Nous les voyons partir avec un pincement au cœur en sachant au fond de nous, que pour eux c’est une victoire.