Emmaüs Cameroun. Communauté de Mom-Dibang

ZmsyzkNhMGD8hewoRZcuc0rP7iwC’est en réunion de travail pendant l’Assemblée Mondiale, que nous avons eu l’opportunité de faire la connaissance de Martin et Madeleine, qui s’occupent de la communauté de Mom-Dibang. Alors que nous évoquions la pauvreté dans nos structures, eux nous ont parlé de la misère qui règne dans leur région. Le Centre de Promotion Sanitaire et Sociale C.P.S.S., qui fait partie du Mouvement Emmaüs International, emploie 10 salariés et quelques employés temporaires, qui travaillent dans la ferme du groupe à Mom-Dibang. Quatre d’entre eux s’occupent du poulailler et de la porcherie et les autres, aidés de la population locale, travaillent sur la palmeraie et se consacrent à la production d’huile de palme. Le C.P.S.S. est à l’origine d’un centre de santé employant une infirmière qui donne des consultations, réalise des premiers soins et des accouchements. En l’absence d’un hôpital public fonctionnel, ce sont les habitants de 27 villages qui se rendent au centre de santé du groupe. Par ailleurs, le C.P.S.S. identifie des orphelins, les scolarise et paie leurs frais d’inscription. Il appuie les écoles des villages par des dons de matériel et des primes aux bons élèves. Enfin, le C.P.S.S. octroie des micro-crédits à des groupes de femmes, s’occupe d’adductions d’eau potable, est partenaire d’une association qui promeut le travail des aveugles et d’une autre, composée de 40 femmes, dont le but est d’éradiquer la faim. L’Association travaille avec les populations marginalisées en milieu rural, dans la grande forêt équatoriale. Les femmes travaillent dans des champs communautaires pour la protection de l’environnement et pour la sécurité alimentaire. L’eau potable est un réel problème pour eux et également pour la centaine d’habitants du village voisin. L’isolement et l’enclavement de la région ainsi que la multitude de moustiques découragent tout le monde. Pas de moyen de communication, pas de route praticable douze mois sur douze. C’est vraiment la misère… A notre demande de connaître ce qui leur serait le plus utile dans un délai assez bref, ils nous répondent : Le plus grand plaisir que vous pourriez nous faire, c’est de venir nous visiter. Nous avons alors compris les sentiments profonds et la dignité de ces personnes qui travaillent dans des conditions ingrates et avons décidé de les aider en leur finançant : – 4 congélateurs – 1 adducteur d’eau qui sera installé dans le village de Ngogngwas, village complètement marginalisé – 1 installation internet pouvant être utilisée par le centre ainsi que par les enfants pour leur éducation. Pour information, le coût de ces 3 actions est de CHF 14’280.—. Si nos finances nous le permettent, nous souhaiterions continuer à les aider en leur fournissant une centrale solaire. Coût environ CHF 33’000.—.

151106_conteneurs_emmaus_international_1